Search
  • Thibault Pillet

(2ème partie) Lyon, au centre des réseaux COVID-19

Bien peu de lyonnais le savent, mais la capitale des Gaules est un centre névralgique du coup d’Etat mondial nommé « pandémie COVID-19 ». Comme une toile d’araignée, les réseaux (OMS, Big Pharma, politiques, étrangers, etc) s’y sont tissés solidement et en profondeur. C’est d’ailleurs l’une des raisons pour laquelle la préfecture a longtemps « invisibilisé » nos manifestations. Car Lyon est une place forte du monde médical, de la pétro-chimie et des institutions internationales. Voici la deuxième partie de ce recensement non-exhaustif des différents acteurs majeurs de la pandémie COVID-19 présents à Lyon.

Stéphane Bancel, bébé Mérieux ? : Patron de Moderna depuis 2011, premier laboratoire à avoir trouvé « un vaccin contre la Covid-19 » alors que Stéphane Bancel avait été « longtemps seul à défendre la technologie de l’ARN messager » et que « Moderna n’avait, à ce jour, jamais gagné un seul dollar. » Celui qui vient de rentrer dans le cercle très fermé des milliardaires est un ancien de bioMérieux puisqu’il a été responsable de leurs activités marketing au Japon de 1995 à 2000, puis de 2007 à 2011 après son retour dans l’entreprise lyonnaise, Stéphane Bancel a été président du comité de direction de l’entreprise implantée à Marcy-l’Étoile puis conseiller du président de l’Institut Mérieux, Alain Mérieux.

Selon Alain Mérieux, Stéphane Bancel, « lui, c'est dans l'ARN messager qu'il a tout de suite cru. En 2011, à la création de Moderna, c'était une découverte scientifique encore récente. Stéphane Bancel en a fait une rupture technologique et un business intégré. »

Avant d’ajouter : « Il faut imaginer la force de persuasion - la niaque - qu'il faut avoir pour sans cesse convaincre des investisseurs de vous confier les centaines de millions de dollars indispensables à vos recherches sans que vous n'ayez encore un seul produit. »


« Stéphane Bancel a aussi très vite compris que l'urgence de la pandémie allait permettre de gagner des années de développement et démontrer l'efficacité de l'ARN messager bien plus rapidement qu'en des temps ordinaires. » Alain Mérieux

Sanofi se saborde en refusant de soutenir l’hydroxychloroquine : Cette société « transnationale française » est implantée sur cinq sites à Lyon et emploie plus de 5000 personnes contribuant ainsi « à l'écosystème lyonnais (9) d'exception dans les sciences du vivant, en particulier dans le domaine des vaccins. » D’ailleurs la capitale des Gaules est un choix stratégique pour Sanofi qui veut en « faire un hub mondial dédié aux vaccins » et « de la France son pôle d’excellence mondial dans la recherche et la production de vaccins. » Au début de la crise du COVID en 2020 et après les déclarations du professeur Didier Raoult, Sanofi a fait un don « de 100 millions de doses d’hydroxychloroquine à 50 pays », surproduisant le remède du professeur marseillais.


Pourtant, avec ce remède miracle face au COVID que Sanofi est un des seuls à commercialiser partout dans le monde avec son médicament Plaquenil, et sous la pression du gouvernement et de ses concurrents de Big Pharma, Sanofi est dans l’obligation de rétropédaler quelques mois plus tard en refusant de livrer l’IHU de Marseille en hydroxychloroquine !

Sur la base d’études douteuses, Sanofi, ce fleuron du monde médical français a été empêché par Emmanuel Macron et son gouvernement d’essayer de sauver des millions de patients partout dans le monde. Cerise sur la gâteau, la manne financière considérable dont Sanofi aurait pu bénéficier avec l’hydroxychloroquine lui est passée sous le nez et à bénéficier à des entreprises étrangères comme Gilead (via l'Union européenne).

Chine / Route de la Soie : L’ambition économique et stratégique du gouvernement chinois depuis le début des années 2010 est de relancer de nouvelles routes de la soie du XXIème siècle, en construisant un peu partout dans le monde des ports, des gares et des aéroports afin de favoriser les échanges commerciaux du monde entier avec la Chine. Au coeur des axes européens, la ville de Lyon a été naturellement choisie pour être la clef de voûte des routes ferroviaires sino-françaises. Ainsi en 2016, le premier convoi de marchandises de la « One belt, one road » (10), comprenant 41 conteneurs de pièces destinées aux entreprises industrielles françaises est arrivé dans la ville communiste de Vénissieux.



Pour le site RTL, ce moyen de locomotion a été privilégié par les autorités chinoises car « le train c’est 80% moins cher que l’avion et deux fois plus rapide que les gros porte-containers. C’est donc une alternative, (…) des convois partiront 300 fois cette année de Wuhan (11), cette province qui accueille le tiers des investissements français en Chine. On y trouve Alstom, Citroën, Schneider, Décathlon, etc. »


« Lyon occupe une place unique dans la relation franco-chinoise » Gérard Collomb, maire de Lyon (2001-2020).

Pour le maire de Lyon de l'époque, Gérard Collomb, les liens entre l'empire du milieu et Lyon remontent à la Renaissance, « à cette époque au cours de laquelle notre cité, capitale européenne de la soie, était l’extrémité occidentale de la Route de la Soie chinoise », puis au cours du XXème siècle avec l’Institut Franco-Chinois, première université chinoise hors de Chine qui a forméé près de 500 étudiants comme ZHOU Enlai, l’un des premiers artisans du rapprochement diplomatique avec la France, ou encore DENG Xiaoping.


C’est bien cette place unique de Lyon dans la relation franco-chinoise qui, en 2014, avait conduit le Président de la République Populaire de Chine à choisir Lyon pour première étape de sa visite en France. Gérard Collomb, maire de Lyon (2001-2020).

Le cabinet d’architectes lyonnais Tourret et Jonery, TJ ARCHI / RTV architectes : Il est à l’origine du laboratoire P4 Jean-Mérieux et celui de Wuhan (8). Selon l’enquête menée par le site challenges.fr (lien : https://www.challenges.fr/entreprise/sante-et-pharmacie/revelations-l-histoire-secrete-du-laboratoire-p4-de-wuhan-vendu-par-la-france-a-la-chine_707425), la collaboration entre les architectes lyonnais et la société chinoises IPPR Engineering International, en charge de sa construction, n’a pas été facile.

8 - https://cn.ambafrance.org/IMG/pdf/news-4-c2.pdf

9 - « Une partie de l'histoire de Sanofi s'écrit à Lyon, avec un des plus grands sites mondiaux de production et de R&D de vaccins à Marcy-l’Étoile, un site de production et des activités de R&D à Neuville-sur-Saône et le Campus Sanofi Lyon qui héberge notamment le siège mondial de notre entité Vaccins, troisième producteur de vaccins au monde. En tout, ce sont plus de 900 millions de doses de vaccins qui ont été produites dans la métropole rhodanienne en 2019.

Si l’activité de Sanofi à Lyon est fortement liée au vaccin, elle ne s’y limite pas. Spécialisé dans la production de médicaments dans le domaine de l’immunothérapie et de la thérapie génique, le site de bioproduction de Sanofi Lyon Gerland est l'unique producteur au monde d’un immunosuppresseur utilisé en transplantation et en hématologie. Au total, plus de 5 000 collaborateurs travaillent sur ces sites, faisant de Sanofi le premier employeur privé de la métropole de Lyon. » (lien : https://www.sanofi.fr/fr/nous-connaitre/nos-sites-en-france/le-site-de-production-et-de-recherche-developpement-de-marcy-l-etoile/sanofi-veut-faire-de-lyon-un-hub-mondial-dedie-aux-vaccins)

10 - « L’initiative « Belt & Road » ou One Belt One Road (OBOR) est un programme de développement lancé par la Chine en 2013. L’objectif principal de « Belt & Road » est de reconstruire la Route de la Soie et d’augmenter les échanges entre la Chine et l’Europe. L’OBOR vis aussi à soutenir le développement en Asie Centrale, dans le Moyen-Orient et en Asie Méridionale.

L’OBOR est constituée de deux composantes que sont « la ceinture économique de la route

de la Soie » (one belt) et « la route maritime de la Soie du 21e siècle » (one road). » (lien : https://www.oboreurope.com/fr/belt-road/)

11 - « La ville de Wuhan, capitale de la province du Hubei est l’un des principaux hubs des nouvelles routes de la Soie. Situé au centre de la Chine, elle permet des connections rapides entre les différentes villes chinoises. Sa localisation au confluent du Yangtze et de la rivière Han en fait un port fluvial important.

La ville de Wuhan est aussi une des destinations ferroviaires des nouvelles routes de la Soie, ainsi des trains font régulièrement le voyage entre Wuhan et Lyon, France. De ce fait, Wuhan et la France entretiennent des relatons fortes. C’est l’un des villes de Chine où les entreprises françaises, dont le groupe PSA, ont le plus investi, et reste la porte d’entrée des entreprises françaises en Chine centrale. » (lien : https://www.oboreurope.com/fr/conference-promotion-wuhan-france/)

142 views0 comments

Recent Posts

See All

⚠️INFORMATION IMPORTANTE⚠️ La manifestation d'aujourd'hui aura lieu Place Antonin PONCET à 14h (à 10m de la place BELLECOUR) La ville à décidée encore une fois d'essayer de nous invisibiliser, mais no